Banques en Crimée: Au revoir, argent

4
2648
Банки в Крыму: прощай, деньги

Si la Banque ouvre sa subdivision structurale en Crimée, moyens, plus probable, déposants à perdre leur argent. Même si eux-mêmes aux territoires occupés n’ont pas la moindre relation. Juste les banques en Crimée — vive.

Et il n'est même pas que, que ces établissements de crédit sont menacés aussi rapidement que possible à avoir soumis à des sanctions et perdre leurs avoirs à l’étranger. En règle générale, en Crimée va ceux, qui n’ont rien à perdre. Cela dit irréfutablement les statistiques du BST pour les licences des établissements de crédit.

Banques en Crimée: Statistiques

Le sommet de la popularité des établissements de crédit de la Russie atteint la péninsule 2014 année. Pas seulement à courte vue homologues aussi trompé sur bon marché, Bien qu’extrêmement mauvaise qualité vacances. Universal n’a pas contourné l’euphorie et financiers.

Au moment de la capture en Crimée travaillé ordre 70 Organismes de crédit ukrainien. Toutefois, la Banque nationale d’Ukraine a interdit les institutions financières fournissent des services dans les territoires temporairement occupés. En conséquence, ils sont tous partis. Et comme il a semblé à beaucoup, siège vacant laissé vacant.

Seuls deux établissements de crédit, à l’origine enregistré sur le territoire de la Crimée, ne soumettez pas une solution: Sébastopol Sea Bank et la Banque de développement régionale mer Noire (CHBRR). Ils ont tous deux perdent presque immédiatement ukrainien licence.

À un moment donné leurs forces en Crimée ouvre 31 Banque de la Russie de pays agresseur. Même si, que leurs actions relèvent plus directement de sanctions internationales. Peut-être, quelqu'un a semblé, que tout sera. Dans l’espoir d’un traditionnel AVOs russe. Mais en règle générale, dès le début de l’affaire autrement.

Qui travaille en Crimée

Banques en Crimée sont d’abord, ces organisations, dont, dans l'ensemble, n’ont rien à perdre. Parmi les pionniers étaient »Russie», un du premier sujet sanctions, Selon un certain nombre de médias, Président de la Banque poche. Ainsi que RNCB, a cette époque, la propriété de Groupe VTB et vendu par les autorités locales de la péninsule.

La catégorie deuxième et le plus populaire des établissements de crédit, podavšihsâ en Crimée est initialement petites et ombragés banques. Ceux, qui n’est pas d’abord tout bon accompagne de réputation et s’est délibérément à des problèmes de contrôleur.

Peut être, beaucoup d'entre eux comptent sur quelque indulgence par les autorités russes et la Banque de Russie. Quelqu'un a l’espoir, que toute transgression, petits et grands, yeux fermés.

Mais en raison de 31 Banque en Crimée à l’automne 2016 reste seulement ans 14. Les statistiques montrent que, qui au fil du temps 15 établissements de crédit ont perdu licenses. Et le total des paiements est déjà évalués par l’organisme d’assurance-dépôt sur 3,5 milliards de roubles. Mais ce n'est, apparemment, Il n’est pas tellement par rapport à 100 milliards en subventions.

Banques en Crimée et perdu de l’argent

Tout cela suggère que la, banques en Crimée, y compris lui-même et presqu'île, et la ville de Sébastopol à statut particulier est par définition pas fiable. Tout investisseur est plus, que 50% chance à faire la queue pour recevoir des paiements de la Caisse d’assurance.

Probabilité, que les banques viendra soumis à des sanctions dans la Crimée n’est même pas une chance, Cette garantie. Afin de garder sur la comptabilité dans ces devises d’établissements de crédit – Vous pouvez prendre la folie financière.

En outre, ces fonds, financiers ont déjà prouvé être gelés à l’étranger de comptes correspondants est néanmoins, toujours pris en considération conformément aux instructions de la Banque centrale comme actifs réels. Mais cela ne signifie pas, qu’ils seront toujours en mesure de récupérer. Parce que le gouvernement actuel pour retourner à la volée d’Ukraine tout en également ne va pas.

C’est seulement une question de temps, cette Agence d’assurance-dépôts est fournie assez d’argent pour les paiements courants. Avoirs disparus jusqu’au, Alors que la faillite n’a pas pris massive. Et dans le cas d’un argent de panique bancaire grandeur nature clairement à tous ne serait pas.

De là, vous pouvez faire une conclusion triste: avec les banques en Crimée, il est préférable de ne pas salir. Et plus encore, Si un établissement de crédit s’ouvre sa subdivision structurale, Il est préférable de fermer le compte et généralement rester loin de lui.

4 COMMENTAIRES

  1. Лично мое мнениене доверять ни одному банку ни в России, ни в Украине. Достаточно того, сколько людей лишились своих вкладов при переходе Крыма к России.

  2. Oui, быстро же прошла эйфория. Печально все это, нет банковнет экономики, истина стара, как мир. Vrai, приходилось слышать мнение, что ни банков, ни курортов там в принципе быть не должно, только военные базы. Может это сознательная политика на выдавливание финансистов из Крыма.

  3. Да ужделаа. Власть делит территорию, а люди страдают. Сложно им будет без банков, ведь банки это единственная возможность для многих открыть свое дело, а для Крыма малый бизнес очень актуален.

  4. Не паникуйте ребята. Вот уже 2,5 года Крым живет и процветает с оставшимися банками. Без банков – Non “кровеносной системытерритории. Мы пожили 3 месяца в момент удирания украинских банковэто коллапс. Хорошо нас выручил банк ЧБРРжизнь закипела и мы ожили. Oui, остались наши гривны и в депозитах и на счетах Украины. Но осталась украинская недвижимость на территории Крыма. Благодаря Главе Крыма Аксенова Сергея Валерьевичамы получаем возмещение пока депозитов, надеемся и на возмещения средств на счетах. Только бы не забрали куда-нибудь Аксенова С.В. sur “повышениеиз Крыма. Principal – мир и солнце в Крыму

LAISSER UN COMMENTAIRE

À l’aide de la connexion: